Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Juin 2012

Rapport de voyage Juin 2012

Catherine Olagnon, Présidente

Seify Dramé, Coordinateur de projets

 

Le vendredi 22 juin 2012

Départ de Paris Roissy Charles de Gaulle à 16h20 pour le Sénégal en mission pour les activités de l’association Yakar Mbaan sur le village de Koutal par vol Air France AF 718.

Dans l’avion qui nous emmenait à Dakar, nous avons réussi à capter un nouveau membre au nom de Madame Suzanne Pariot qui a beaucoup d’entrées au Sénégal, compte tenu de son statut de résidente  permanente sur le pays.

Le soir nous avons eu une séance de travail avec Madame Diop Mame Coumba en présence du premier Adjoint au Maire de la ville de Dakar pour préparer notre rencontre avec les autorités administratives.

Le samedi 23 juin 2012

Briefing entre Catherine et Seify sur les différents points à aborder avec les partenaires de Yakar Mbaan.

Prise de contact avec les villageois par téléphone pour leur annoncer notre arrivée sur Dakar en vue de préparer notre accueil sur le village à partir du lundi 25 juin 2012.

  • Monsieur Amadou Tidiane Ndiaye, Directeur des Etudes Keur Nene Koutal
  • Monsieur Fallou Thiam, entrepreneur Earth Work Limited
  • Monsieur Mohamed Diallo, Instituteur école maternelle de Koutal
  • Monsieur Khalifa Goudiaby –Kaffrine -> Demande de subvention construction salle de passage handicap

Rendez-vous avec Monsieur Babacar Cissokho, Ingénieur Agronome.

Monsieur Cissokho se rendra en Europe du 23 juin 2012 au 15 juillet 2012, à son retour, il se rendra sur le village pour voir comment il pourra encadrer le GIE de l’agriculture à développer la production des cultures.

Plusieurs interrogations :

  • Type de culture
  • Superficie cultivable, qualité de la terre
  • Choix des engrais et des semences
  • Topographie des lieux pour une étude des sources d’eau
  • L’apport d’activités N-1 : Quantité, investissement
  • Comment est géré le GIE ?
  • La situation d’octroi des financements des engrais par l’Etat
  • Normalement, Yakar Mbaan finance une fois (la première année)
  • N = financement
  • N+1 = financement du GIE
  • N+2 = financement GIE et augmentation de la production
  • Le GIE nous demande pour la deuxième année le même nombre de sacs d’engrais. Nous comptons sur Monsieur Cissokho pour les aider à prendre leur indépendance et augmenter leur production.

Rencontrer si possible le Chef du village et le Président de la communauté rurale.

Autre sujet abordé avec Monsieur Cissokho, nous avons reçu une sollicitation pour un projet de banque de céréales sur le village. Monsieur Cissokho approuve ce type de projet, cependant plusieurs points à vérifier pour la viabilité :

  • La présence du magasin, sa situation
  • La gestion du stockage
  • Le responsable du stock
  • Les mandataires du compte bancaire

 

Le dimanche 24 juin 2012

Entretien avec Monsieur Fallou Thiam, entrepreneur Earth Work Limited :

Monsieur Fallou Thiam a insisté sur le manque de coordination du suivi des projets après les visites des membres de Yakar Mbaan sur le village. Pour lui, il y a eu un manque de transparence sur les investissements financiers de Yakar Mbaan sur le village.

L’ancienne équipe dirigeante lui a fait prendre des engagements qui n’ont pas été respectés.

Il souhaite que l’association réfléchisse à un projet de formation fiable des jeunes de Koutal sur la technique du Géo-béton pour favoriser les créations d’emploi.

Possibilité d’acheter des machines pour fabriquer les briques.

Monsieur Fallou Thiam fera un bilan chiffré des machines pour les besoins de la formation géo-béton ainsi que le coût de la formation.

La grande case et la petite case ne sont pas terminées, le financement est arrivé tard et il ne dispose que d’un seul charpentier. Monsieur Fallou Thiam s’engage à finir les cases pour au plus tard fin juillet 2012.

Monsieur Fallou Thiam se joint à nous pour effectuer le voyage sur Koutal le lundi 25 juin 2012.

 

Le lundi 25 juin 2012

Arrivés au village de Koutal à 11h45, après 4 heures de route pour effectuer 196 km. Le village est à 7 km de la ville de Kaolack.

Nous sommes reçus par Monsieur El Hadj NGom qui nous a souhaité la bienvenue.

Une situation sur le bilan très critique a été faite par Monsieur NGom sur l’ancienne Présidence de Yakar Mbaan.

  • Monsieur NGom est revenu sur son livre qui devait paraître en France et à ce jour, il n’y a pas eu de suite. Catherine lui a expliqué les problèmes que nous avons rencontrés vis-à-vis de l’éditeur et le non versement des droits d’auteur à l’association.

 

  • Le problème du scooter qui a fait plus de dégâts que de bénéfices. Le scooter est actuellement à Dakar chez Monsieur Fallou Thiam.

 

  • Le GIE de l’agriculture.

 

  • La situation des enfants parrainés.

 

Monsieur Mohamed Diallo, Instituteur et Directeur Adjoint de l’école maternelle de Koutal nous rejoint, nous décidons de faire le point sur les parrainages.

Un bilan de la situation des enfants parrainés est positif selon Monsieur Diallo.

Aucun redoublement cette année.

Catherine demande à quoi correspond le C.I., il s’agit du cours d’initiation (jonction entre la GS et le CP en France).

Les villageois favorisant les enfants les plus démunis pour la sélection des parrainages.

L’école est terminée, malgré tout, un rassemblement des enfants présents sera fait le 26 juin 2012 pour leur présenter une partie de la nouvelle équipe de l’association.

Catherine a remercié Monsieur Diallo pour le film réalisé l’année dernière sur la sortie à la mer de l’école maternelle.

L’association s’est engagée a financer la fête des beignets de Noël ainsi que la fête de fin d’année.

Une somme de 106 € équivalent à 70 000 Frs CFA a été remis par Catherine au nom de Yakar Mbaan pour organiser une fête avec les enfants le 26 juin 2012. L’organisation de cette rencontre sera faite par Monsieur Diallo et Monsieur NGom.

Catherine avait emporté quelques livres scolaires, dans différentes matières, pour les présenter à l’instituteur et savoir si ces ouvrages pourraient les aider à enseigner. Monsieur Diallo nous a confirmé son intérêt, il manque effectivement d’ouvrages pédagogiques et les enfants sont souvent 2, voir 3 à suivre sur le même livre. Reste à acheminer ces livres sur le village, de quoi équiper 3 classes.

Le village c’est 892 habitants, 400 enfants, 183 enfants scolarisés, et 80 enfants qui ne vont pas à l’école. 2 raisons pour que ces enfants n’aillent pas à l’école : manque de moyen pour certains, travaillent dans les champs pour d’autres, les parents ne voient pas la nécessité de mettre leur enfant à l’école. Monsieur NGom se bat contre cela. Le village est pourtant bien doté de 5 instituteurs d’Etat, ce qui n’est pas le cas dans tous les villages.

Le Directeur de l’école nous a rejoint, malgré ses obligations pour les examens en cours (organisation des examens de fin d’année avec l’inspecteur), pour nous dire sa satisfaction de voir que nous allons continuer à les aider et à parrainer les enfants.

****

Entretien avec l’Association Régionale pour le Développement des Lépreux Blanchis (Kaffrine) :

Demande de financement pour un logement de passage sur Kaffrine. Dossier remis et complet.         

Equipe vulnérable qui manque de moyens pour une meilleure insertion sociale.

Le dossier sera étudié par le bureau et les membres de l’association, une réponse leur sera donnée ultérieurement.

****

Catherine demande à rencontrer Lydia Massaguer de l’Association Gesta/Afrique Equitable. Lydia n’est pas sur le village. Un entretien téléphonique a été effectué pour envisager une collaboration entre Yakar Mbaan et sa structure. Pour faire le lien également avec la future crèche. Lydia nous invite à rencontrer son mari qui lui est sur place et nous transmet son adresse mail pour que l’on puisse échanger.

****

Monsieur Fallou Thiam explique qu’il va nous présenter un programme pour la formation de jeunes sur le village sur le Géo-béton.

****

Rencontre avec les représentants du GIE de l’agriculture :

Un point sur les besoins agricoles a été fait avec les membres.

Les cultures sont l’arachide, le mil, le sorgho, le maïs, le gombo.

L’engrais subventionné est conditionné aux critères fixés par l’Etat.

Le GIE nous a demandé de financer  40 sacs d’engrais, même nombre de sacs que l’an dernier.

En 2011, nous avions subventionné l’engrais à hauteur de 433 685 Frs CFA, 659,20€ et leur avions demandé de rembourser en 2012, 26 135 Frs CFA, soit 40 €  sur un montant total de 460 000 Frs CFA, 699.20€. Le petit montant de remboursement avait été décidé pour les encourager.

Les agriculteurs reconnaissent que le GIE ne peut pas rembourser la dette de l’année dernière.

Nous les informons qu’avant de prendre une décision nous avons mandaté un ingénieur agricole, Monsieur Babacar Cissokho qui fera le déplacement sur le village pour les conseiller et améliorer les productions. Nous leur demandons de mettre à profit cette visite.

Nous leur confirmons que les projets agricoles nous tiennent à cœur.

Les documents officiels du GIE nous ont été présentés par le Président du groupement (cf. copie).

Un manque d’organisation a été constaté par l’ensemble des participants. L’ingénieur accompagnera l’équipe à mieux s’organiser.

Un besoin d’achat de tracteur qui sera remboursé par les producteurs avec un échéancier. Nous leur avons demandé de nous fournir un projet.

Les agriculteurs ont beaucoup insisté sur le manque de moyens nécessaires (tracteur) pour sa production. Les années passées, ils louaient un tracteur.

Une étude pour l’achat d’un tracteur sera étudiée ultérieurement et une réponse sera donnée.

L’engrais acheté par le GIE est redistribué automatiquement aux agriculteurs.

Le fonds de caisse du GIE à ce jour est de 107 000 Frs CFA, 162.64 €.

Catherine leur a rappelé que sur la charte des agriculteurs, qu’ils ont tous signés, l’aide de Yakar Mbaan doit diminuer et le GIE devrait être autonome en 2013 en s’autofinançant.

****

La boulangerie :

Un surcroit de production non vendue conduit la boulangerie à la faillite.

Le boulanger souhaite un moyen de transport pour pouvoir vendre sa production sur les villages environnants.

****

Le projet de la crèche :

Monsieur NGom nous a proposé de nous donner le terrain pour construire la crèche, à voir.

****

La visite de la bibliothèque :

  • Manque de livres, (22 livres)
  • Manque de tables et de chaises
  • L’électricité a été coupée car Monsieur NGom ne pouvait plus payer la facture

Nous disposons de livres en France, il faut trouver un moyen d’acheminement.

Monsieur Fallou Thiam propose des tables et des bancs en géo-béton, nous lui demandons de nous faire un devis.

Lorsque le bâtiment sera complet, nous remettrons l’électricité pour le fonctionnement.

****

Les cases en géo-béton :

Visite des cases Géo-béton construit par l’Association Yakar Mbaan et par la même occasion échanges avec les familles qui en ont bénéficié.

Les deux cases en cours de réalisation. Il ne reste plus que la toiture et le sol à faire. Monsieur Fallou Thiam s’est engagé à les finir pour fin juillet 2012.

Nous sommes interpellés par de nombreux villageois qui ont des problèmes d’habitat, nous rentrons dans les cases, tantôt la toiture qui fuit, des murs fissurés,…

Madame Khady Ndiaye (maman de Moussa Diao) nous demande un relogement, ils vivent à 8 dans une chambre.

Madame Cissé (maman d’Adama Cissé), vivent à 9 dans une cases délabrées, possède un terrain de 25m², souhaiterait être relogé.

Monsieur NGom fera une situation des cases en grandes difficultés et l’association étudiera les modes de financement.

****

Le pavillon des lépreux :

La nourriture est difficilement accessible pour les 17 pensionnaires du pavillon.

Très handicapés, ils ont de nombreux problèmes de santé et sont livrés à eux-mêmes.

Ils manquent de lits confortables, et certains n’ont pas de matelas.

****

Les semences :

Le Président du GIE de l’agriculture nous interpelle pour nous montrer que les semences qu’ils ont achetées ne sont pas de bonne qualité. Des femmes trient les graines (cf. photo).

Il en profite pour me demander un téléphone portable car le sien est cassé et nos coordonnées pour pouvoir nous contacter directement.

****

 

 

Les courriers des parrains/marraines :

Nous remettons les courriers et les cadeaux que nous ont confié les parrains et les marraines en mains propres pour les enfants que nous croisons où remis à Monsieur Diallo pour qu’ils les remettent aux enfants. Nous lui remettons également des stylos et des cadeaux que nous avions prévu pour les enfants, pour que tous bénéficient de quelque chose.

Les enfants sont timides et les adultes leurs disent qu’il faut répondre pour remercier. Catherine précise qu’ils peuvent aussi écrire ce qu’ils ont envie, faire un dessin.

 

Le mardi 26 juin 2012 :

Nous sommes passés au marché de Kaolack pour acheter des sacs de riz, de l’huile, du savon pour le pavillon des lépreux, coût 36 184 Frs CFA, 55 €.

Arrivée au village à 9h45, heure locale, nous nous dirigeons directement à l’école maternelle de Koutal.

Des enfants sont déjà arrivés, ils jouent et veulent être pris en photos.

Le boulanger arrive avec des baguettes, il veut que l’on goute à son pain, il nous montre son diplôme de boulanger. Il distribue du pain aux enfants.

****

L’école maternelle de Koutal :

Monsieur Diallo nous montre les classes au nombre de 3. Il souhaiterait une extension de 3 classes sur l’école pour pouvoir enseigner correctement.

Une des classes a bénéficié par l’entreprise Siné Saloum (exploitation du sel) d’une réfection du plafond, ce qui permet d’éviter la chaleur avec un ventilateur. Il souhaiterait le même aménagement dans les deux autres classes.

Une liste des besoins a été dressée par l’équipe pédagogique (voir document joint). Certains sont réalisables assez facilement si tout le monde participe. Les enfants parrainés ont bien leurs fournitures scolaires mais les autres n’en disposent pas.

Il faut développer voir élargir la politique de parrainages des enfants que Yakar Mbaan a mis en place depuis quelques années. Nous prenons à notre charge 3 enfants supplémentaires.

Monsieur Diallo prend en photo les enfants, (la photographie est une passion pour lui, c’est grâce à lui que l’année dernière nous avions bénéficié du film de la sortie à la mer des enfants).

59 enfants ont été photographiés sur les 72 parrainés (liste jointe). Certains sont venus mais n’ont pas été photographiés et d’autres étaient aux champs ou dans les villages voisins.

Monsieur Diallo a organisé le vendredi 29 juin une séance photo pour nous envoyer les photos de tous les enfants. Il va préparer une liste bien complète avec le nom, le prénom, l’âge, la classe, et la photo.

Les enfants ont bénéficié d’un bon repas et se sont bien amusés.

Des courriers nous ont été remis tout au long de la journée, et d’autres nous seront envoyés par La Poste.

La grand-mère de MBagnick Ndiaye nous sollicite pour un parrainage, elle élève seule son petit-fils orphelin de père et de mère, à voir.

Une maman tient à nous montrer son enfant, très lourdement handicapé (4 ans), des photos vont nous être envoyé pour les présenter à un chirurgien orthopédique sur place. S’il n’y a rien à faire, un fauteuil roulant lui sera nécessaire.

****

Les petits commerces :

Petit commerce alimentaire de Madame Touty Niane : gros problèmes de gestion, son commerce est arrêté, et pourtant elle a tout le matériel. C’est elle qui faisait la cuisine pour le pavillon des lépreux.

Sollicitation de Monsieur Mamadou Ndour pour un commerce de poissons séchés, fumés. Une demande avait été transmise l’année dernière, sans suite.

Monsieur Moussa Diagne, maçon, demande de soutien pour l’achat de matériel de construction. Il avait bénéficié d’une formation géo-béton.

Monsieur Moussa Sakho nous avait envoyé un projet de banque de céréales. Il nous a montré le local où pourrait être stocké le mil, le sorgho, le maïs, l’arachide et le riz. Nous le mettrons en contact avec Monsieur Babacar Cissokho, Ingénieur Agronome.

Visite à la boulangerie :

Nous assistons à une séance de production de pain.

Un problème d’évacuation de la fumée : il manque une cheminée.

****

Entretien avec l’association espagnole Gesta/Afrique Equitable sur le commerce équitable :

Quels produits :

  • Transformation des fruits locaux en fonction des saisons en confiture,
  • Fabrication de savon à base de l’huile de palme,
  • Beurre de Karité,
  • Le blé, plus riche en protéine que le mil. Transformer cette céréale en graine de couscous qui est une alimentation importante dans la consommation des sénégalais.

Leur production dépend des saisons et est vendue sur l’Espagne.

Monsieur Ndiaye nous fera une présentation détaillée de toutes leurs productions au village de Koutal.

L’association emploie une soixantaine de femmes sur le village et la crèche serait vraiment la bienvenue pour leur faciliter le travail.

Toutes les femmes sont alphabétisées par Monsieur NGom, un bâtiment a été construit sur le village.

L’association intervient dans le volet agricole avec beaucoup de moyen.

Nous envisageons des possibilités de partenariat de vente des produits de l’association par Yakar Mbaan sur la France, à étudier.

Nous avons terminé notre entretien avec l’association Gesta / Afrique Equitable par une visite de l’usine de production des confitures.

Très belles réalisations de la part de cette association.

 

****

La case de santé :

Nous remettons à la case de santé, des lunettes de vue, des loupes et des montures de lunettes et des bandes pour les villageois.

L’infirmière présente nous remercie et est très contente. Elle nous explique qu’un ophtalmologiste passe dans le village pour le contrôle de la vue, c’est une réelle aide.

 

****

Nous nous quittons Monsieur NGom et Monsieur Diallo satisfaits du point qui a été fait et finalement Monsieur NGom reconnait que l’association a déjà réalisée de beaux projets. Nous nous recontacterons prochainement. Nous rentrons sur Dakar.

 

Le mercredi 27 juin :

Achat d’objets art africain, colliers, tissus… pour nos futures ventes sur la France.

Nos valises étaient pleines à l’aller et seront pleines au retour.

 

Le jeudi 28 juin :

Entretien avec Madame Penda MBow, Docteur d’Histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, représentante de la Fondation « Servir le Sénégal ».

Nous envisageons un projet de sensibilisation par les médias, (télévision, radios, presse écrite). Montrer le village de Koutal et les réalisations, sensibiliser la population sur la lèpre.

Elle conduit un projet d’hydraulique rurale.

Nécessité de recenser les besoins.

 

Mouvement Citoyen :

L’organisation se charge de recevoir les dons envoyés pour Koutal, livres pour la bibliothèque, matériel, pourront enfin parvenir jusqu’au village.

L’organisation accompagnera Yakar Mbaan à la construction de la crèche, un dossier lui est remis.

 

Le vendredi 29 juin :

Réunion avec Monsieur Fallou Thiam concernant le Géo-béton.

  • Présentation des devis et le projet de formation Géo-béton à destination des jeunes de Koutal. Le dossier sera étudié par l’association de retour sur Paris.

 

  • Présentation du devis pour équiper la bibliothèque en table et bancs.

 

  • Equipement de la case des lépreux en matelas neufs et propres. Monsieur Fallou Thiam a été touché par leur situation et nous aiderait :

. 17 matelas recensés,

. 10 matelas fournis par Yakar Mbaan,

. 7 matelas fournis par Monsieur Fallou Thiam.

  • 18 000 Frs CFA à 22 500 Frs CFA par matelas, 27,36 € à 34,20

 

Le samedi 30 juin :

Entretien avec le Docteur Thiam : chirurgien-dentiste.

Nous avons constaté des problèmes dentaires sur place, nous avons envisagé :

  • Un projet d’éducation sanitaire,
  • 3 journées de consultation pour le village,
  • Prévoir une liste de médicaments utiles sur le village dans les prochains séjours.

Le premier Maire-Adjoint de Dakar, nous a confié que l’année prochaine Dakar sera sur le thème de la santé.

 

Notre retour le soir même pour la France s’effectue, enfin arrivés dimanche matin par le vol AF 0719, nous sommes satisfaits de notre séjour d’étude, le point de la situation a bien été mené sur le village et nous avons noués beaucoup de contacts.

Nous avons recensé beaucoup de besoins sur le village, des dossiers doivent être montés pour obtenir des aides financières.

Nous sommes très motivés, alors « Hauts les cœurs ! »

Nous remercions encore toutes les personnes qui nous ont permis d’amener du matériel sur le village, de nous avoir aidés à financer la fête de l’école pour les enfants.

Catherine remercie tout particulièrement Monsieur Seify Dramé, qui l’a considérablement aidé sur toute la durée du séjour.

Nous restons à votre disposition pour toutes précisions complémentaires sur ce rapport.