Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Avril Mai 2010

 

1-  Parrainages


  • Visiter les familles des enfants parrainés

Comme l'an dernier toutes les familles ont été rencontrées soit chez elles, soit elles se sont déplacées chez El Hadj. Photos et situation de chaque famille à disposition des parrains et marraines.

Des courriers, des boubous et des cacahuètes ont été donnés.


  • Faire le point sur les familles pour lesquels aucun enfant n'est encore parrainé pour définir les priorités

J'ai pris une quarantaine d'enfants en attente de parrainage en photo afin que nous puissions communiquer tout de suite le nom, la photo et la situation de la famille aux nouveaux parrains et marraines. Certificats de scolarité à faire suivre dans un 2ème temps.


2 - Ecole maternelle


  • Distribution du matériel pédagogique et des livres

Le matériel donné par Sophie Vaylet, directrice de l'école Joliot Curie de Champs, a été donné dès le premier jour aux instituteurs et au directeur de l'école.

Un inventaire a été fait et 3 jours plus tard j'ai passé une matinée dans les 3 sections pour voir comment le matériel allait être utilisé.

Le même jour, monsieur Bassirou Lèye, inspecteur académique de la région spécialisé dans le préscolaire est venu faire une visite de contrôle.

Il a pris un exemplaire de l'inventaire qui venait d'être fait pour le transmettre au ministère de l'éducation à Dakar.

J'en ai profité pour lui dire que nous cherchions de l'aide pour acheminer un conteneur de matériel scolaire. Il a pris note.


Suite à ma remarque l'an dernier sur l'état de saleté de la cour de récréation, un nettoyage est assuré par le personnel subalterne et une sensibilisation des enfants à la propreté est assurée par les enseignants. J'ai demandé confirmation ailleurs dans le village que la cour n'était pas propre uniquement pour mon arrivée, il m'a été confirmé qu'elle était nettoyée une fois par semaine.


Il y a 3 instituteurs d'Etat et une institutrice officielle mais non diplômée (appelée par tous « la doyenne » car elle est à l'origine de l'alphabétisation des enfants avant la construction de l'école il y a 4 ans).


Je ne suis volontairement pas allée à l'école primaire qui se trouve en ville car la dernière fois le directeur avait sollicité notre aide or cette école accueille des enfants de Koutal ville et elle est correctement servie par l'Etat.


3  - Suite aux financements, faire le point sur  :


  • Le fonctionnement de la boulangerie

J'ai assisté à la fabrication d'une centaine de pains.

Actuellement la fournée quotidienne représente 150 pains vendus dans le village. Elle pourrait être doublée si le boulanger pouvait aller vendre en ville.

J'ai suggéré qu'il s'organise avec le chauffeur du taxi/scooter pour être déposé quelques jours par semaine en ville.

D'ici le 15 mai une petite organisation va être mise en place :

Le taxi dépose le boulanger en ville

Le boulanger donne du pain gratuitement ce jour là au pavillon pour compenser la perte de recette du taxi qui va devoir faire un aller retour pour ensuite aller le chercher

  • Alioune Faye / atelier de couture

Alioune a acheté 2 machines électriques avec l'argent que nous lui avons envoyé. Il travaille 7/7, je l'ai constaté, de 7h du matin à 23h ou minuit. Il a énormément de demande à Koutal et à Sowane mais il n'arrive pas encore à faire sa place en ville.

Lydia Massaguer, de l'association Gesta, va ouvrir d'ici 6 mois son atelier d'artisanat, fabrication de confiture et fabrication de savons à l'entrée du village. Elle souhaite y faire travailler Alioune et les femmes qu'Alioune a formées. Son association exportera ensuite les produits vers l'Espagne sous forme de commerce équitable.


  • Demba Ba / sculpteur

Nous avions été surpris par le peu de perles que Demba nous avait envoyé en décembre dernier proportionnellement au financement que nous lui avions envoyé.

Avec notre argent il a acheté 100 kgs de bois, des outils (pas les outils qu'il m'avait listé pour faire les perles type chignolles et mèches) et il m'a dit s'être rémunéré par avance pour le travail.

Je lui ai fait par de notre mécontentement et de notre désaccord pour ce mode de fonctionnement.

Autre point litigieux : il a fabriqué des objets en bois, sans nous demander notre accord et sans fixer de prix, et m'a demandé de les emporter pour les vendre.

J'ai donc emporté ses objets mais sans le payer, lui disant qu'il serait rémunéré quand nous aurons vendu.


  • Le fonctionnement du taxi scooter

Le taxi tourne 7/7.

La recette du lundi au samedi est divisée en 2 : 1000cfa pour le remboursement / 1500cfa pour la nourriture du pavillon

El Hadj m'a remis 122€ au titre du remboursement après les 6 premiers mois d'exploitation.

La difficulté était d'assurer la nourriture du dimanche pour les pavillonnaires car c'est le jour où le taxi tourne pour lui. J'ai suggéré à El hadj de garder le remboursement du samedi pour la nourriture du dimanche .

El Hadj m'a dit que certains jours il arrive à beaucoup tourner mais que pour autant il ne verse pas plus ni au pavillon ni pour le remboursement


4 - Bâtiment :


  • voir l'avancement de la construction des cases

En début de séjour les cases étaient avancées à 80%. Nous avons eu le solde de la subvention la veille de mon départ pour Koutal donc Catherine Lebon a procédé au transfert. J'ai assisté à la reprise des travaux. Les cases seront totalement terminées d'ici 10 jours donc avant les pluies.

J'ai rencontré les 2 familles qui vont être logées.


  • refaire un point sur les familles à loger / cases à réparer / anticipation pour l'hivernage

la DAHW a financé de son côté 11 cases. (asso allemande pour l'aide aux lépreux).

Il reste donc :


  • 4 cases «grand modèle» à construire pour 4 familles soit 57 personnes. Les cases actuelles doivent être démolies dans le cadre de la révision du cadastre (qu'on appelle le lotissement)
  • 3 cases «petit modèle» et 2 cases «grand modèle» pour 5 familles soit 47 personnes. Ces cases sont anciennes et ne tiendront certainement pas sous les pluies
  • 3 petites cases à réparer / consolider avant l'hivernage pour 8 personnes au total.
  • Cout des réparations au total: 202200 cfa soit 311€
  • refaire le point avec Falou et les 2 jeunes qui n'ont pas encore remboursé leur formation

Suite à la construction des cases dans le village, la société Earth Works dans laquelle travaille Falou Thiam a reçu des demandes de devis pour des chantiers dans la région.

Il est prévu que les deux jeunes soient placés sur un des chantiers d'ici le mois de juin.

A suivre.


5 - Agriculture


  • Confirmer les besoins en engrais en fonction du budget de la caisse communautaire mise en place

Les engrais que nous avons financés l'an dernier ont bien permis d'augmenter les récoltes mais contrairement à ce que nous pensions, cette année les agriculteurs ne pourront auto-financer que 15 sacs et non 35. Tous n'ont pas pu reverser beaucoup dans la caisse communautaire.

Après quelques heures de discussion, les villageois, El Hadj et moi avons décidé ce qui suit :


Répertorier les 20 plus grandes parcelles sans écarter les petits exploitants mais il a été constaté que seuls les propriétaires de grandes parcelles ont été capables de reverser des fonds dans la caisse communautaire car avec les petites parcelles les villageois n'ont eu que de quoi se nourrir

Organiser les 20 propriétaires en «groupement des agriculteurs de Koutal» pour gérer:

Les achats d'engrais

La répartition des sacs achetés

Le remboursement dans la caisse communautaire

L'auto financement pour les années suivantes

Pour le moment ce groupement est non officiel mais les agriculteurs concernés veulent créer un GIE et ouvrir un compte en banque.

Pour cela : demande de financement de 62€ pour la création administrative du GIE


Nous avons rédigé une charte pour que les règles au sein du GIE et entre Yakar et le GIE soient bien définies. Voir pce jointe.

Compte tenu de la sélection du nombre de parcelles et des 15 sacs autofinancés, et à raison de 2 sacs d'engrais par hectare, nous avons calculé que cette année Yakar pourrait ne financer que 500€.

Toutefois, nous nous étions fixés un budget de 700€ et la location d'un bœuf + une charrue pour environ 20 jours (un jour par parcelle) coutant environ 200€.


  • Voir la possibilité d'exploiter les marigots (autorisations, propriété etc...)

Les représentants de la communauté rurale nous ont dit que nous pouvions demander la propriété des terres autour du marigot.

Le marigot est plein pendant les 3 mois d'hivernage et environ 4 mois après l'hivernage. La culture maraichère serait donc possible 7 mois sur 12.

Lydia souhaite également travailler sur ce point. Elle envisage de construire un réservoir pour récupérer l'eau de pluie en plus de l'eau du marigot.

Nous devons donc travailler en collaboration avec Gesta pour ne pas risquer de mener des actions en double ou déclencher des dépenses déjà engagées etc...


6 - Micro crédit


  • Rencontrer Touty Niane et/ou autres femmes pour étudier la possibilité de créer une épicerie

Beaucoup d'hommes et de femme du village sollicitent des micro crédits.


  • Touty Niane:
  • o Projet: une boutique
  • o Sollicite: un local de 3.50m2 + marchandises (huile, riz, boissons)
  • o Montant: 770€ sans le local
  • o Remboursement envisageable: 15e par mois
  • Moussa Sakho:
  • o Projet: commerce de céréales
  • o Sollicite: un stock de riz, mil, sorgho, mais, huile et 1500€ au total avec un moyen de transport pour aller vendre en ville, jusqu'à Dakar
  • o Montant: 1270€ pour le stock ou 1500e pour stock + moyen de transport
  • o Remboursement envisageable: 40€ par mois

5 familles ont fait la même demande:

  • o Projet: pour travailler aux champs, en ville, faire du commerce
  • o Sollicite: un âne et une charrette
  • o Montant: 250€
  • o Remboursement: à définir mais beaucoup plus aléatoire
  • Mbode Ngom:
  • o Projet: commerce de produits frais
  • o Sollicite: un congélateur / réfrigérateur
  • o Montant: 230€
  • o Remboursement: à redéfinir

D'autres demandes identiques à celle de Touty Niane pour une boutique ont été formulées.


Il me semble qu'il serait plus efficace de parler de ce sujet au cours d'une petite réunion car de nombreuses questions se posent :

  • Quelle est l'utilité de plusieurs boutiques identiques dans le village? quel est le risque d'une concurrence qui tuerait le commerce? à quelle femme accorder un micro crédit? d'après quel critère?
  • Moussa Sakho me demande tous les ans qu'on l'aide à monter ce commerce de céréales, nous ne nous sommes encore jamais penché sur son cas. Il a tenu la banque de céréales crée par Construire, il connait bien son travail.
  • Ane / charrette: nous avons exclu les personnes qui nous demandaient la même chose pour aller mendier en ville. Il faut que le tout soit bien utilisé, bien partagé, que ça ne serve pas à la mendicité
  • Les remboursements sont faibles par rapport aux montants prêtés donc ils s'étireraient dans le temps. Est-ce motivant pour un villageois / une villageoise de devoir rembourser un crédit pendant 3 ans avant de devenir autonome? quel est le risque pour Yakar?

7 - Divers


  • Falou Thiam / rencontres avec des spécialistes du bâtiment

J'ai visité un autre chantier à Tabatoki à la sortie de Kaolack.

Falou souhaite que Yakar Mbaan représente sa société et le géo-béton via le site internet.

J'ai donné mon accord pour créer une rubrique « bâtiment » sur notre site qui illustrerait le travail de la Sté Earth Works (entre autre avec les photos des cases de Koutal). J'ai pensé que ça permettrait, pour les prochaines demandes de subvention dans ce domaine, de montrer que nous avons un vrai partenaire pour assurer les travaux.


  • Rencontre avec les représentants de la préfecture, sous préfecture et communauté rurale

Deux représentants de la communauté rurale sont venus nous rencontrer dans le village. Ils peuvent nous aider pour l'obtention des parcelles autour des marigots, pour l'achat d'engrais à prix de gros entre autre.

Les demandes doivent être faites par El Hadj au nom de Yakar Mbaan.


  • Rencontre avec Aurélie / Alliance française

Pas eu le temps


  • Visiter la laiterie de Koutal

Pas eu le temps mais j'étais logée chez la présidente du Dirfel (Directoire Régional des femmes en Elevage) et responsable de la laiterie, Oumou Kairy Diallo.

La prochaine fois qu'elle vient en France elle passera quelques jours chez moi, il serait bien qu'elle rencontre le reste des membres de Yakar car elle est prête à nous aider.

Elle m'a donné un contact pour les conteneurs.


  • Apprendre à El Hadj à se servir d'internet pour la communication

Une première approche a été faite, je dois envoyer par courrier postal des impressions écran de toutes les pages de consultation des mails pour faciliter les choses.

El hadj a trouvé que c'était assez facile et surtout il a été surpris par la rapidité de communication.

Si besoin il se fera aidé par Lydia ou Oumou dans un premier temps. Oumou met son bureau, son ordinateur, son imprimante, son fax et son scanner à disposition de El Hadj (à Koutal ville juste à la sortie de Koutal Lépreux).

Pour nous répondre il utilisera soit le mail soit le fax. Les fax tomberont au bureau de Catherine Lebon.


  • Pavillon

Lydia souhaite reprendre la gestion du pavillon sur le plan médical et sanitaire pour en faire une petite structure médicale identique à un hopital.

Nous avons constaté toutes les deux que ce lieu devient un mouroir, avons constaté un manque d'hygiène et d'entretien, un manque d'aide aux handicapés par manque de personnel médical.

Pour le moment, Masse Mbaye, ancien coordinateur de Construire et d'autres associations continue de venir au pavillon mais nous ne connaissons pas clairement son mode de fonctionnement et de gestion.

Tant qu'il oeuvre au pavillon, Lydia ne veut pas intervenir, ce que je cautionne.


Objectifs : carreler le sol et les murs, embaucher une personne pour les soins, l'aide à la toilette etc, faire des chambres libres des chambres qui puissent accueillir n'importe quel villageois nécessitant des soins médicaux, mettre des portes pour que ce lieu soit fermé et sécurisé (actuellement des personnes étrangères au village viennent passer du temps à cet endroit, nous ne savons pas pourquoi ni qui ils sont).


Conclusion :


  • L'ensemble de nos actions est toujours parfaitement coordonné par El Hadj Ngom. Les villageois m'ont fait part de leur satisfaction d'avoir El Hadj comme interlocuteur et intermédiaire.
  • Les villageois ont confiance en nous, ils ont aussi conscience que quiconque essaiera de nous doubler fera tout perdre à l'ensemble du village. Ils savent qu'ils ont plus à perdre qu'à gagner à jouer avec notre argent.
  • Les villageois remercient, par la voix d'El Hadj dans le village et par ma voix ici, l'ensemble des membres de Yakar pour le travail, les efforts, le dévouement etc...

Les prières vont bon train également pour notre réussite car ils sont très francs : notre réussite c'est un meilleur avenir pour eux.


La distribution de poisson a été faite. Chaque famille a reçu 6 beaux poissons pour un repas.

Les remerciements et la joie pleuvaient pendant la distribution.